Bruno Lemee

 

La fréquentation des musées et en particulier du Louvre dès mon plus jeune âge s’est révélée déterminante. Je pense en générale aux œuvres du 19eme et en particulier au « radeau de la Méduse » de Géricault ou encore « la mort de Sardanapale » de Delacroix, qui, par leur force expressive ont frappées mon jeune esprit et finalement révélées le sens de mes préoccupations artistiques ; célébrer le « vivant » avec force et expressivité.

L’exercice assidu du dessin me donne bientôt cette liberté et le «trait » devient l’élément central et structurant de mes œuvres. La Peinture sera mon mode d’expression favori, alternant un travail d’observation (portraits en particulier) et la création d’un Monde imaginaire et onirique. Vint le constat que je pouvais « tourner » autour de l’objet, révéler ou du moins suggérer l’envers des choses par le biais du dessin ; transfigurer ce trait dans la troisième dimension. Le fil de fer, matériau souple et rigide à la fois fut le fil conducteur. Je développais bientôt pour réaliser mes Sculptures, une technique simple à base de torsions ne nécessitant pas de soudure. Depuis cette dernière a évoluée. J’élabore un squelette de métal puis applique mon fil en jouant sur les vides et les différents plans s’suggérant mouvements et forces. Enfin, depuis plusieurs années, mes travaux intègrent du bois  flotté qui accentue la « présence » de mes œuvres en leur donnant une nouvelle densité, intensité. Muscles et chairs se dessinent …l’œuvre prend vie.